Jusqu'au 24 avril 2016

Les montagnards sont las

Bruno Platel. Paysans et bergers de Soule dans les années 1960-1970

Menditarrak akiturik daude

Bruno Platel. Zuberoako laborariak eta artzainak 1960-1970etako urteetan

Bruno Platel, photographe amateur parisien, découvre la montagne pyrénéenne dans les années 1960, à la faveur d’un déplacement professionnel à Pau. Il se lie progressivement d’amitié avec les agriculteurs et bergers des vallées de Soule et du haut Béarn, dont il partage et photographie le quotidien, les travaux harassants et la solitude. C’est dans ce contexte qu’il rencontre Jean Pitrau, fondateur de l’ASAM, Association au Service des Agriculteurs Montagnards, créée en 1965 pour aider les paysans à améliorer leurs conditions de vie.

Jean Pitrau est né en 1929 dans la ferme Erbinia sur les flancs de la Madeleine, au-dessus de Tardets. Dès 1962, représentant de l’agriculture de montagne au sein du Centre National des Jeunes Agriculteur (CNJA), il se signale par la rédaction d’un rapport détaillé sur la situation des agriculteurs du canton de Tardets qui interpelle le ministre de l’Agriculture de l’époque, Edgard Pisani, et conduira à l’adoption d’une série de mesures, dont la loi « montagne » de 1972. L’activité militante de l’ASAM et le combat de Jean Pitrau, tribun infatigable au verbe incisif et à l’ironie mordante, constituent le terreau d’un nouveau syndicalisme paysan, qui se cristallise dans les années 1970 autour du principe de « vivre et travailler au pays » et dont la création d’EHLG (Euskal Herriko Laborantza Ganbara / Chambre d’Agriculture du Pays Basque) en 2005, est l’un des aboutissements contemporains.

En 1972, Bruno Platel prête ses talents de photographe à l’ASAM pour la réalisation d’une exposition itinérante destinée à attirer l’attention du public sur les grandes difficultés de vie des paysans de montagne. Intitulée Les Montagnards sont las, l’exposition est conçue à partir des photographies prises par Platel au cours de son long compagnonnage avec les paysans et les bergers. Les légendes rédigées par Pitrau, fortes et implacables, plongent le visiteur dans la dure réalité du quotidien des montagnards.

Fidèle à ce même esprit, l’exposition de 2016, organisée suite au don de l’ensemble des photographies au Musée Basque par la veuve de Bruno Platel, met en relation les images avec des textes de Jean Pitrau, extraits de son enquête sur la situation de l’agriculture dans le canton de Tardets rédigée en août 1962.

La présentation est divisée en séquences thématiques qui font écho au quotidien des paysans, rythmé par les exigences des différents travaux saisonniers : labours, récolte du fourrage, montée à l’estive, vie au cayolar, tonte des brebis, fabrication du fromage, etc. Au-delà de l’intérêt documentaire sur les modes de vie qu’apportent ces photographies, les phrases et les extraits de texte de Pitrau mettent en lumière la réalité de la lutte pour la survie, au cours des décennies 1960-1970, d’une population prise entre indifférence des pouvoirs publics, insuffisance des infrastructures et des équipements, surcharge de travail, faiblesse des revenus et dépopulation…

Un demi-siècle après ces luttes pionnières, l’agriculture de montagne, qui semblait pourtant inexorablement condamnée, se maintient en Soule alors qu’elle a quasiment disparu sur d’autres pentes (Périgord, Roussillon, Luchonais, Ariège…). Générant 900 emplois, elle continue à être l’un des piliers économiques du territoire. Afin de préserver cette dynamique et de trouver collectivement des solutions aux menaces qui pèsent sur son avenir (pression du foncier, du développement touristique, aléas des différences politiques européennes, etc.), une centaine de paysans se sont réunis en octobre 2015 pour les premiers « états généraux »  de l’agriculture en Soule. L’énergie de la lutte incarnée par Jean Pitrau anime toujours les paysans ! 


En savoir plus